FRANCE ⎜Quoi ? De la neige en mars ?! Mon Dieu…!

Posted on 13 mars 2013

0



Ah! Elle nous a bien eu cette chère météo ! Avec 15 magnifiques °C au thermomètre le weekend dernier sur la butte de Montmartre, nous rêvions déjà à nos longues soirées dans la tiédeur d’une nuit d’été. On avait ressorti les trenchs, presque osé un T-shirt ou un pull léger, on déjeunait en terrasse ou sirotait oisivement notre café tout en profitant des chauds rayons de notre ami soleil. C’était beau, nous étions bien, la vie semblait reprendre avec cet élan propre aux mois de printemps.

Et là, c’est le drame. Deux jours plus tard, notre ami thermomètre (ce traître) ose afficher un minable 1°C. En une demi-journée de temps, ce sont les flocons qui débarquent, la DDE (Direction Départementale de l’Équipement) qui disparaît, les trains qui se bloquent au milieu des voies près de Savyberlette (si, si, ça existe !), des bus au dépôt, des réseaux RER réduits à peau de chagrin, de la « sloch » (ou neige fondue) qui colle aux pieds et salit les rues, des médias affolés et affolant parlant d’ « intempéries » et non de « neige », et des Français qui se plaignent (encore !) Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que ça fait beaucoup de choses en une seule journée !

20 mars: jour de printemps

Petit rappel:

 » Hiver : Saison qui succède à l’automne et précède le printemps, et qui, dans l’hémisphère nord, commence le 21 ou le 22 décembre pour finir le 20 ou le 21 mars »

[Dictionnaire Larousse]

Oh! Surprise ! Nous sommes encore en hiver ! Aussi, il semblerait que la neige soit encore de saison, n’est-il pas ? Alors on crie au scandale, au ras-le-bol (au bout de 24h seulement !), on enfile notre costume d’Ordralfabétix (« Comment ça il est pas frais mon poisson ?! ») prêts à en découdre avec la météo ou celui ou celle qui vient de nous emboutir (« Je m’excuse, j’ai glissé sur une plaque de verglas! ») et on perpétue gentiment cette triste réputation de Français râleurs et jamais contents.

Et si on souriait un peu ?

D’autant que je me souvienne, petits, nous étions les premiers à nous émerveiller de la neige, à nous en réjouir à l’idée d’attaquer par surprise le voisin qui rentre chez lui, une boule de neige à la main, ou de réaliser le 1er bonhomme de neige de l’année. Et même au bout du 3e bonhomme, on ne se lassait pas. Alors, pourquoi autant de haine passé le cap des 18 ans environ ?

La faute sans doute à une certaine candeur et philosophie de la vie qui nous a quitté. « Et merdeuuuh ! Je vais encore être en retard au bureau ! Marre de la neige !« . Et nos grands-parents, ils faisaient comment ? En fait, le secret est dans le fait d’accepter les évènements, vous savez, le fameux « lâcher prise« . Il neige en hiver. Il fait chaud en été. Si l’inverse se produisait, nous hurlerions autant ! Et puis avec tous les efforts et la volonté du monde, nous serions bien incapables de pouvoir agir sur la météo ou la circulation des trains.

C’est peut-être donc le moment d’envisager par exemple le télétravail tel que c’est largement le cas au Canada par exemple en cas de tempête hivernale (oui là-bas, on attend quand même le stade de la tempête pour ne plus sortir ! Et nos trois petits flocons font sourire…)  Clairement, il y a ici un effort manifeste à faire du côté des entreprises et des services publiques pour encourager les choses à aller dans ce sens. Mais d’ici là, souriez ! C’est tout blanc, profitons encore de l’hiver, faites une bataille de boules de neige entre collègues, bref, pro-fi-tons !

Crédits photo : JEAN-PAUL BARBIER/AFP
 
 
Publicités
Posted in: France