CULTURE⎪Découvrez Ladurée côté décoration !

Posted on 19 février 2013

1



Qui ne connaît pas la maison Ladurée ? Macarons, chocolats… partout à-travers le monde les boutiques au décor tantôt poudré-romantique, tantôt boudoir façon XIXè siècle poussent comme des champignons. De Paris à Tokyo en passant par New-York et Londres se sont des milliers de gourmets gourmands et amateurs du « chic à la française » qui se pressent pour croquer un de ces fameux macarons.  Alors que la maison fêtait ses 150 ans l’an dernier (excusez du peu !), Serge Gleizes a profité de l’occasion pour offrir aux fans et passionnés d’histoire et décoration, une plongée dans l’univers décoratif de Ladurée. Et nous, on a plongé avec eux !

L’esprit décoration de Ladurée en 3 époques

esprit décoration laduréeMêlant récits historiques et tendances décoratives, l’ouvrage nous entraîne tout d’abord dans les salons de Madame de Pompadour. Le décor y est poétique, poudré, féminin, bucolique et raffiné à souhait. Les fauteuils rondement accueillants et aux couleurs pastels, les dorures et soieries, sont une invitation à la discussion et à tenir salon. Le raffinement à la française dans toute sa splendeur.

Puis sous le Seconde Empire et avec l’impulsion de l’impératrice Eugènie, c’est l’apogée du  pastiche et de la récupération. La Rome antique inspire et se mêle au style renaissance: on parle alors de néo-classicisme. Côté influences, l’exotisme a le vent en poupe. On aime à placer dans les salons des objets inspirés de la tradition japonaise, on revisite volontiers le style grec, tandis que le néo-égyptien et l’orientalisme s’imposent comme des « must ». Les plantes entrent dans les salons, coffres à bijoux et autres mobiliers s’incrustent de nacre et d’écaille, l’exubérance est partout… ah! Romantisme, quand tu nous tiens !

Enfin, c’est au tour de Madeleine Castaing, célèbre décoratrice des années 1930 d’influencer le décor des fameux salons de thé. Sa spécialité ? Le métissage, le métissage et encore le métissage afin de créer un style de décoration adapté à chaque propiétaire, avec une âme qui lui est propre. Vue l’hyper-personnalisation des espaces et objets que l’on connait aujourd’hui, autant dire que cette chère Madeleine était en avance sur son temps ! Célèbre pour son fameux « bleu catsaing », à la fois lumineux et dense entre le turquoise et le vert jade, elle n’hésite pas à peindre elle-même tissus et papiers peints. Décoratrice du renouveau, indépendante, sans diktat, elle trouve son inspiration en chinant et est profondément attachée à l’histoire portée par chaque objet.

 » J’ai toujours essayé de faire de la décoration comme d’autres font des poèmes ».

[Madeleine Castaing]

Son style dit « passé inventé » est un mélange d’extravagance, de confort et de romantisme. Elle n’hésite pas à réinterpréter le style 19° néo-classique qu’elle baptise « style Louis 17 ». Véritable visionnaire à contre-courant de son époque, poétique et envoutante, son style est aujourd’hui repris par Jacques Grange et ses tissus et papiers peints emblématiques toujours édités.

Maintenant que vous connaissez l’envers de leur décor, nous sommes à parier que vous ne mangerez plus vos macarons Ladurée de la même façon !

 
Le + : Un magnifique pop-up en trois scènes offrant un condensé poétique de l’univers merveilleux de cette belle maison. 
 

images-2

Serge Gleizes est journaliste et collabore aux pages décoration et architecture de nombreux magazines. Il est également l’auteur de différents ouvrages: Ecueils et Trilogie (Editions Jérôme Do Bentinger), L’art de vivre en Normandie (Flammarion, 2004), Ladurée: fabriquant de douceurs (Minerva, 2006), Bruno Moinard : l’architecte promeneur (La Martinière Style, 2010), La Villa Arson à Nice (Éd. du Patrimoine, 2011)

L’esprit Décoration Ladurée, Serges Gleizes (Chêne), 2012
49,90 €
Publicités
Posted in: Art, Culture