SOCIÉTÉ | Pourquoi la journée mondiale de la gentillesse ?

Posted on 11 novembre 2012

1



Après la journée mondiale de l’eau, le 21 mars, la journée mondiale contre la faim le 15 juin, et même la journée mondiale du Parler Pirate le 19 septembre (???), voilà plusieurs années déjà que chaque 13 novembre le monde entier célèbre la journée mondiale de la gentillesse. Depuis quand cela existe ? pourquoi une telle journée ? et surtout, comment l’appliquer ? Détails et conseils un peu plus bas.

Le pays des Bisounours

Qu’on se le dise, lorsque l’idée de la gentillesse au quotidien est évoquée, c’est le plus souvent l’image d’un pays idéal, clairement chimérique et fantastique qui apparait dans les esprits. Un petit bout de paradis, un eldorado pour Bisounours, un sanctuaire pour bons sentiments, bref, un monde certainement trop beau pour être vrai. Que tout le monde se rassure, NON, vous n’aurez pas à vous grimer en Bisounours ni en Mr.Gentil pour passer au-travers de cette journée de la gentillesse. Mais alors, pourquoi la journée mondiale de la gentillesse ?

Créée en 2000 à Singapour par le World Kindness Movement (Mouvement mondial pour la gentillesse), la journée mondiale de la gentillesse, visant à avoir un état d’esprit positif et une meilleure approche de « l’autre », s’est progressivement répandue à-travers le monde. Si au départ cette idée pour le moins saugrenue fait sourire, elle est en réalité symptomatique d’une société dont les relations interpersonnelles sont nécrosées et gangrénées par un égoïsme et un hyper-individualisme foudroyants.  À l’instar des nombreuses communautés se développant sur le net, cette journée vise en définitive à mettre en avant la coopération entre les individus au quotidien.

Le terme « coopération » peut surprendre, or, il s’agit bien de cela : la vie et le quotidien ne sont en définitive qu’une succession de coopérations entre individus. Ainsi tous, nous coopérons lorsque nous nous levons du pied gauche et que le moindre travers de notre conjoint nous met hors de nous. Nous coopérons lorsque pour nous rendre au bureau, nous nous serrons les uns contre les autres dans une rame de métro déjà sérieusement bondée. Nous coopérons encore lorsqu’au restaurant notre plat habituel n’est plus disponible ce jour là. Enfin, nous coopérons lorsque, fatigué, agacé ou en colère contre nous-même, nous choisissons de ne pas nous faire du mal, ni à ceux qui nous entourent.

En définitive, la coopération quotidienne (ou gentillesse) consiste à reconsidérer la place de l’autre dans son environnement pour le placer à nos côtés et non pas loin de nous, tel un étranger. C’est accepter de mettre en parenthèse son individualisme pour laisser l’autre exister.

Survivre à la journée de la gentillesse

Nous sommes humains, et nous savons bien qu’au-delà de la réflexion philosophie, il y a la pratique. Plutôt qu’un long discours, voilà un condensé de pensées pour survivre à la journée de la gentillesse. À copier, imprimer, coller dans son agenda si besoin !

1- On se dit qu’être gentil est également bon pour la santé : pardonner est bon pour le cœur, le bénévolat prévient la dépression, et la gentillesse augmenterait l’espérance de vie et boosterait les défenses immunitaires.

2- On arrête de hurler/jurer/klaxonner au volant : à part se mettre en rogne pour la journée, il est prouvé que cela ne fluidifie en aucun cas les bouchons sur la route !

3- Au café, mal réveillé, on ne jette pas son expresso raté à la tête du serveur mais on lui explique gentiment que l’on voudrait qu’il nous en refasse un autre. Serveurs : vous connaissez cet état dû au café-raté-du-matin. Au lieu de vous crêper le chignon avec le client, faites-vous un challenge de le faire sourire avant qu’il parte.

4- On vous tient la porte/ramasse vos clés/fait un compliment, on dit: MERCI !

5- On est pas votre mère, mais quand on rentre et sort d’un lieu (magasin, bureau, bibliothèque…) on dit « bonjour » et « au revoir« .

6- Enfin, on se rappelle que Casper, Alf, Casimir, Mimi la fourmi de Chérie j’ai rétréci les gosses… sont la preuve vivante (oui, Alf et Casimir existent !) qu’être gentil enrichit votre vie et la rend plus douce. Une bonne raison de se plier à l’exercice, au moins pour 24 heures !

Advertisements
Posted in: Société