Le 11 septembre, les médias et vous

Posted on 11 septembre 2011

0


Le 11 septembre, les médias et vous

À moins que vous n’ayez vécu en totale autarcie et reclus du monde ces dix dernières années, coupé de tout moyen de communication et de tout contact avec le genre humain, vous avez connaissance des évènements dit « du 11 septembre 2001 ».

Vous avez vu et revu des centaines (voire des milliers) de fois les images des avions percuter les tours du World Trade Center (WTC), les sœurs jumelles s’effondrer, l’île de Manhattan s’enfumer, les New-yorkais pleurer, le monde entier se figer et se tourner vers la grosse pomme… les médias s’emballer aussi.

Fidèles à la ligne rédactionnelle, directrice et fondatrice de ce journal, la commémoration des 10 ans des attentats du 11 septembre 2001 contre les tours du WTC est une excellente opportunité pour porter un regard et un éclairage nouveau sur l’influence et l’éventuel pouvoir (voire la manipulation) exercés par les médias sur l’opinion publique mondiale durant les mois et les années qui ont suivi ces évènements. Tandis que l’ensemble des médias internationaux s’attachent aujourd’hui à dresser un bilan des dix dernières années écoulées en terme de lutte contre le terrorisme, de sécurité, concernant la guerre en Afghanistan, celle en Irak et la traque puis la mort d’Oussama Ben Laden, considéré comme l’instigateur de ces attentats, il semble néanmoins intéressant de prendre du recul sur ces divers évènements, intimement reliés entre eux et de comprendre quel a été le rôle majeur tenu par les médias, principalement au sein de la société américaine.

En 2001, ce sont en premier lieu les médias dits « traditionnels », télévision, radio et presse écrite, qui ont relayé l’information entourant l’attaque terroriste contre les tours jumelles. D’une manière général, presque chacun d’entre nous se souvient exactement où il se trouvait et ce qu’il faisait au moment où il a appris la nouvelle. De même, nous nous sommes tous retrouvés des jours et des semaines durant rivés sur nos écrans de télévision à revoir en boucles les images des attentats, et à lire les milliers de lignes de journaux traitant de ces évènements.

Bien sûr, au bout d’un certain temps, la lassitude s’est manifestée devant des reportages télévisés et des articles répétant sans cesse les mêmes informations, montrant les mêmes images, les mêmes scènes de catastrophe et les mêmes interviews de témoins effarés. Et il est vrai que nous étions las, mais combien d’entre nous ont éteint leurs télévisions, leurs radios et ont fuit les kiosques à journaux ?

Certes, ces évènements sont sans précédant dans l’Histoire humaine contemporaine, néanmoins, il est stupéfiant, sinon inquiétant, de voir à quel point les médias sont parvenus à rendre leurs auditeurs et lecteurs dépendants de leurs diffusions au fil des semaines.

La théorie du complot, qui fit son apparition quelques années après les évènements du 11 septembre 2001, était alors inexistante dans les mois qui ont suivi les attentats. Personne ne remettait en cause ni la version officielle des États-Unis, ni les informations diffusées par les médias (qui appuyaient fortement la ligne officielle). En octobre 2001, lors du début de la guerre en Afghanistan par la coalition internationale, personne n’aurait osé douter du bien fondé d’une telle intervention militaire. Il fallu attendre 2003 et la guerre en Irak pour voir apparaître les premières réticences quant aux discours officiels des États-Unis et ceux relayés par les médias, américains pour la plupart. C’est à peu près à cette époque qu’ont émergé les diverses théories du complot autour des évènements du WTC. Soudain, les populations doutaient. L’opinion publique n’accordait plus nécessairement une crédibilité absolue à ce qui leur était transmis à la fois par le gouvernement américain mais aussi (et conséquemment) par les médias qui en diffusaient les messages, même sous couvert de garantir la sécurité nationale.

Puissance, Guerre et Sécurité.

Les attentats du 11 septembre 2001, ont révélé à la face du monde entier la vulnérabilité de la super-puissance américaine, jusque là jamais ébranlée depuis la Deuxième Guerre Mondiale. L’Amérique, frappée en son cœur, n’avait alors comme idée en tête (et mot à la bouche) en la personne de son président, George W. Bush, d’assurer la sécurité de ses concitoyens et de mener une lutte sans compromis contre le terrorisme à l’échelle internationale.

Le journal USA Today propose, à l’occasion de ce dixième (triste) anniversaire, une application pour comprendre tous les événements liés au 11 septembre, selon les thèmes (Irak, Afghanistan, patriotisme, droit, etc). Il est question notamment du nombre de publications ou de diffusions médiatiques depuis le 11 septembre 2001 portant sur les thèmes du terrorisme et de la sécurité.

Nombre de publications depuis le 11 septembre 2001 portant sur les thèmes du terrorisme et de la sécurité.

Étonnamment, il apparaît que le nombre de diffusions sur ces thèmes est hautement plus élevé que celles traitant sur les guerres en Irak et en Afghanistan cumulées. Il semblerait par ailleurs que l’élection de Barack Obama au poste de Président des États-Unis en 2008 n’ait en rien changé cette tendance malgré un discours officiel largement moins offensif sur ces deux notions que l’était celui de son prédécesseur. Les médias américains auraient-ils alors une part de responsabilité dans le maintient d’un climat sécuritaire et de crainte du terrorisme, nourrissant dans le même temps de forts mouvements de ressentiment anti-musulman ?

Si aucune étude formelle sur cette question n’a été établi à l’heure qu’il est, la lecture des tendances telles qu’elles apparaissent méritent néanmoins un questionnement de fond. À l’évidence c’est un peu la question de la poule et de l’œuf mais, sans toutefois valider immédiatement la théorie du complot, il paraît judicieux de prendre conscience et de mesurer l’impact qu’une telle pratique a pu et peut encore avoir sur les populations.

Wisconsin State Journal-2006

Les attentats du 11 septembre 2001 ont lourdement bouleversé le monde tant sur le plan politique que sur les plans religieux, économiques et diplomatiques. Il s’en est suivi plusieurs guerres (toujours en cours), la traque d’individus considérés comme terroristes, la capture et la mort d’Oussama Ben Laden, le renforcement mondial des identités religieuses, musulmane en particulier, dans le même temps où de forts sentiments anti-musulmans se manifestaient. Autant d’évènements et de bouleversement à même de nous faire oublier à quel point les médias avaient gagné en puissance et en influence dans nos sociétés. Chacun de ces bouleversements a été scruté, analysé, filmé, photographié, étudié, commenté, diffusé et sur-médiatisé. 10 ans de trop ? Non, plutôt 10 ans pour (se)reconstruire.


Aller + loin:
Application USA Today: http://www.usatoday.com/news/911/plus_me/index.html

Publicités
Be the first to start a conversation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s