L’industrie du luxe, une valeur sûre.

Posted on 30 juin 2011

0


L'industrie du luxe, une valeur sûre.

En 1736, Voltaire disait déjà du luxe, à savoir le superflu, qu’il était « [une] chose très nécessaire. ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que près de trois siècle plus tard, cette formule un brin paradoxale n’a jamais été aussi vraie. Merveilleux moteur économique, le secteur du luxe bénéficie depuis le début des années 2000 d’un intérêt croissant de la part des médias (création de magazines et chaînes de télévision spécialisés) et par conséquent d’une très large démocratisation. Sans cesse plus présent dans une société toujours plus consumériste, le secteur du luxe a plus que jamais le vent en poupe et attire de plus en plus les jeunes professionnels.

Un milieu exigeant aux besoins très divers

Bien que drainant plusieurs centaines de milliers d’emplois à travers le monde, le secteur du luxe n’en demeure pas moins un des plus sélectif et fermé. La sélection du futur professionnel de ce secteur se fera donc essentiellement sur son parcours académique et carnet de contact bien rempli. Directeur commercial et marketing chez Telio, Julien Hakoun est l’exemple type de cette réalité de sélection tournée vers toujours plus d’excellence : titulaire de deux masters, l’un en commerce international, stratégies marketing international, l’autre en japonais tout deux spécialisé dans le secteur du luxe, et s’appuyant sur un solide réseau de contacts dans l’industrie du luxe tels Vuitton, Mariage Frères ou encore Lalique, ce jeune cadre a pu ainsi obtenir d’importants postes à responsabilité dès sa sortie de l’école. D’abord nommé directeur Japon à l’âge de 23 ans puis directeur Asie pour le groupe Gascogne, ce sont ses liens entretenus avec la maison de cristal Lalique qui lui permettent de décrocher un poste de directeur Europe au sein de l’entreprise :

« À mon retour du Japon, je n’ai eu qu’à signaler à la DRH du groupe que j’étais rentré en France pour qu’elle me propose immédiatement un poste (…) de la même manière en arrivant au Canada, il ne m’a fallu que quelques jours et de bons contacts pour obtenir ce poste chez Telio. »

Si ce jeune trentenaire possède un parcours idéal sinon exceptionnel, il est certain qu’outre le choix réfléchit d’une école et la quête de contacts, l’ouverture à la mobilité internationale et une très grande capacité d’adaptation à des mentalités, des marchés et des perceptions différentes du luxe représentent les quatre fondamentaux à posséder pour exercer et réussir dans cette industrie.

Au delà des compétences purement techniques et commerciales, ce type d’emploi requiert des talents de polyglotte comme ceux de Julien, parfaitement bilingue en anglais, italien, japonais et espagnol ! Outre la langue maternelle, il faudra en effet être en mesure de maîtriser parfaitement l’anglais, la langue majoritaire du marché à obtenir et/ou toute autre langue dite « rare » ou « exotique », chinois en tête, et donnant à coup sûr une valeur ajoutée à un CV. Enfin, vendre luxe n’est pas qu’une question d’éloquence ou de sensibilité au luxe, il s’agit également d’avoir une curiosité et une culture générale à toute épreuve afin de s’adapter parfaitement à une clientèle haut de gamme.

Clés du marché du luxe :

Chiffre d’affaire mondial estimé à 210 milliards de dollars en 2005
Principaux acteurs : LVMH, PPR, Richemont, L’Oréal
Source :http://www.industrie.gouv.fr/portail/secteurs/enjeuxduluxe.html

Fiche métier: Directeur Commercial et Marketing

Plus de ressources:
Site Web de Télio: www.telio.com
Profil professionnel de Julien Hakoun
Offres d’emploi dans le secteur du luxe: www.joblux.fr,www.luxe.enligne-fr.com
Publicités